02/12/2015

Est il possible de voter intelligemment aux régionales du 6 et 13 décembre 2015

J'entends déjà les lecteurs de cette note, oui mais pour qui se prend il, voter c'est déjà difficile alors si en plus il faut voter intelligemment, où va-t-on...

Et bien je dirai pas facile le vote intelligent, tiens par exemple voter pour Laurent Wauquiez c'est monsieur "l'assistanat est un cancer social" bon et Laurent Wauquiez n'est pas son médecin, Mais en tout cas il est pour la sécurité de nos enfants - un lycée un portique de détection, alors ce ne sera pas lui

Le Front de gauche sont logo est présent sur deux professions de fois différente, alors non

Les écolos tentants mais alliés au front de gauche,

Queyranne slogan c'est nous la région, de plus il a mis le drapeau suisse sur la carte de la région et je le prouve

suisse région.JPG

bon ben en matière d'intelligence on a du mal et puis ensuite on a UPR, on se croirait porjeté dans les 60's, FN et Debout la république qui sont quand même des antonymes de l'intelligence et bien on rame un peu.

Alors au final j'ai trouvé ça

 

100p100.jpget je me dis que l'on se rapproche, centriste mais avec une ouverture vers le social quelques idées simples, envie de bien faire

Alors pourquoi pas. Des citoyens dont certains ont été engagés puis ont été déçus qui abhorrent les discours clivants de la gauche et de la droit cela me parle

Si comme moi vous êtes dans le flou, rendez vous sur:

http://www.100pour100citoyen.fr/#!blank/cecw

 

21/01/2015

Tous pour 1

 

La devise des mousquetaires s’applique depuis quelques jours à l’ensemble des frontaliers, tous pour un franc suisse à un Euro : La BNS a lâché son taux plancher.
Dans une note de 2011, j’avais annoncé que la banque centrale suisse ne tiendrait que quelques mois. Je peux donc me considérer comme un visionnaire puisque je m’attendais à cette décision depuis plus de 3 ans (c’est de l’humour). On peut la regretter mais c’est l’inconvénient de l’autonomisation des banques centrales : l’état perd la maîtrise de cette la politique monétaire et malgré des taux d’intérêts largement négatifs, le Franc Suisse a rejoint un niveau proche de la parité avec l’Euro après s’être approché du seuil des 0,80 soit la moitié ce que valait l’euro il y a encore 7 ans. On peut également se demander si c’est bien le rôle de la banque centrale suisse que de soutenir artificiellement le cours de l’Euro et je suis surpris d’entendre tous ces fervents libéraux pester contre le marché

 

En tant que frontalier, il serait mentir de dire que je ne me suis pas réjoui de cet évènement, la réactivité régionale fut d’ailleurs très bonne puisque les frontaliers ont saturé leur banque pour contracter des ventes à terme, quand les genevois occupaient les bureaux de change pour profiter de l’aubaine d’un samedi de solde à parité.
A plus long terme, il semble évident que cette décision est difficile voire critique pour l’économie suisse et ce qui n’est pas bon pour l’économie suisse n’est pas bon pour ses travailleurs qu’ils soient frontaliers ou pas.
C’est encore plus mauvais pour les zones frontalières : la proximité des zones en euro va renforcer le tourisme d’achats et risque de peser lourdement sur la distribution et le commerce de proximité. Ces secteurs emploient nombre de frontaliers et de travailleurs intérimaires. Ces deux catégories de personnel risquent de servir de variables d’ajustement.

 

Cela n’est pas bon non plus pour notre progression au sein des entreprises suisses : comment demander des augmentations alors que vos collègues et responsables vous rappellent systématiquement cette belle augmentation du 15 janvier 2015 et que dire de la cohésion sociale dans une région transfrontalière où les travailleurs frontaliers sont considérés comme des nantis…

 

Que dire encore des risques de dumping social, de ruée vers le franc suisse de nouveaux travailleurs étrangers, alors se réjouir à court terme pourquoi pas mais espérons que cette décision soudaine de la BNS ne soit pas une difficulté supplémentaire pour les travailleurs et régions frontalières dans un contexte déjà très tendu. D’autant que les annonces de la BCE du 22 janvier pourrait confirmer voire amplifier cette baisse de l’Euro.

 

14/01/2015

Etre ou ne pas être?

 

Comme tout bon bloggeur je vais y aller de ma note concernant les évènements tragiques « Charlie et HyperCacher »
J’ai longuement hésité car que dire finalement de plus ou de mieux que les milliers de prise de position vues, lues et entendues, néanmoins la stupeur qui m’a frappé après ces évènements m’amènent à en parler :

J’envisageais Charlie comme l’amateur de BD que je suis, Charlie Hebdo c’est avant tout le dessin et j’étais venu à Charlie par Cabu, par Fluide Glacial, par le Canard Enchaîné. Mais les articles de Charlie m’ennuyaient souvent et j’avais du mal à les lire plus qu’à les survoler en dehors de la Chronique d’Oncle Bernard qui était ce que je lisais en premier. J’avais de plus eu du mal à passer sur la fin de l’époque Philippe Val, puis lors de ce que j’ai pris pour un ralliement à l’administration Sarkozy au moment du limogeage de Didier Porte et Stéphane Guillon.
Dans un amalgame délibéré, j’avais cessé d’acheter régulièrement Charlie Hebdo  en dehors des gros numéros de 2006 et de quelques couvertures extatiques. Mais j’en garde la vision de mes années de jeunesse et d’humanitaires où dans des contextes difficiles Charlie m’a fait crevé de rire, ciblant les militaires, les religions, les cons, les politiques, les beaufs, en Bosnie et dans les grands lacs le contexte n’incitait pas à la rigolade mais malgré tout Charlie Hebdo y pourvoyait.
Il y avait toujours un trait de caractère qui nous rappelait combien nous étions proches des cibles de Charlie et ce trait nous aurait permis d’être moins cons pour autant que nous l’eussions souhaité. Alors bien sûr qu’ils vont nous manquer notamment Cabu que nous connaissions depuis tout petit et qui était capable de traiter tous types de dessins pour tous les publics et puis ils n’apportaient pas leur contribution qu’à Charlie Hebdo mais aussi à Match, au Canard, à Marianne, à Fluide…

 

J’écris aussi cette note car depuis jeudi je ne me sens pas bien j’ai beaucoup pleuré, j’ai mal dormi, j’ai du mal à comprendre, j’ai mis je suis Charlie un peu partout tout de suite pendant deux jours avant de me dire que cela n’avait pas de sens, j’aimais Charlie, je lisais de temps en temps Charlie, J’adorais les dessins de ces mecs, j’écoutais et lisais passionnément Bernard Maris mais aussi Houellebecq (il est Charlie Houellebecq) mais pour le reste être Charlie ça veut dire quoi ?

 

Si je comprends bien c’est plutôt être pour la liberté de la presse tout en étant indifférent aux appels à souscription comme je l’ai été ? Est-ce aussi adhérer au discours politique que `C.H défendait dans ses pages ? la BBC qui dans sa charte s’engage à ne pas montrer d’image du prophète elle est Charlie ? C’est proposer de panthéoniser Cabu pour qu’il repose avec les Généraux et Maréchaux d’empire ?

 

Alors finalement j’ai enlevé, je suis Charlie, je ne suis pas complètement Charlie et puis je n’ai pas le dixième du courage d’un seul de ces dessinateurs alors arrêtons avec ce beau slogan, je ne suis finalement qu’un citoyen qui tient à la liberté de la presse à la Française avec sa tradition d’anticléricalisme et le respect de la laïcité de notre République qui protège l’ensemble des croyances. Voir certains dirigeants à la manifestation parisienne ne m’a pas rassuré sur la compréhension de cette liberté de la presse d’autant que pendant ce temps Raef Badawi, jeune blogueur Saoudien,  est emprisonné et fouetté tous les vendredi pour Blasphème et le ministre Saoudien des affaires étrangères défile à Paris, il est Charlie lui ?

 

Alors Je comprends la peine, je comprends l’émotion, mais j’ai du mal à comprendre les croyants musulmans. Vendredi, prenant de l’essence dans une station j’entendais une gentille dame expliquer que c’était bien triste qu’ils soient morts mais qu’ils l’avaient quand même un peu cherché, ils ne s’agit pas de stigmatiser ces fidèles mais comment faire comprendre que Charlie critiquait toutes les religions pour faire rigoler et que la critique de l’Islam n’était de loin pas la plus féroce.
En effet pour les membres de la rédaction la critique devait s’adresser à la religion majoritaire sur leur territoire de chalandise c'est-à-dire le catholicisme. C’est ce qu’avait expliqué au procès de 2007, l’avocat de Charlie montrant des dizaines de caricatures épouvantable(ment drôles) pour répondre aux assertions de non-égalité de traitement entre les religions et ainsi écarter le sous-jacent d’insultes racistes.

 

Comment expliquer et dialoguer avec tous les croyants sur le fait que la religion est une opinion que l’on doit pouvoir exercer librement mais que l’on doit également moquer. La moquerie, le rire ne remet pas en cause la foi des croyants. Je respecte les principes de toutes les religions mais ne me sens pas comptable du respect de leur principe et j’ai envie de continuer à rire des flics, des homos, des cons, des beaufs, de moi et aussi des religions, de toutes les religions
Mais je suis inquiet,  il y a beau avoir eu plusieurs millions de manifestants, on a quand même entendu quelques bruits discordants, sur le respect des minutes de silence, sur la célébration des attentats dans quelques quartiers, sur l’augmentation des actes antimusulmans. Et que dire de la nouvelle affaire Dieudonné : on nous ressort la liberté d’expression bafouée mais l’apologie de crime terroriste n’est pas une opinion mais un délit.
Alors Si la majorité s’est levée contre ces actes une minorité considère que c’est le début d’une opposition. Il faudra donc se montrer vigilant car il suffit de peu de gens pour faire dégénérer une situation.

 

 

 

04/10/2014

Est-il possible de se soigner en Haute-Savoie ?

 

Les travailleurs frontaliers ont perdu leur droit d’option libre et entier. C’est un fait, on en a beaucoup débattu et il faut maintenant passer à l’étape suivante : l’accès aux soins dans le cadre de ce nouveau système.

Porteur de lunettes, je me suis tourné vers les cabinets d’ophtalmologie de Haute-Savoie pour une visite de contrôle (
mes dernières lunettes ont été renouvelées sur la base de vieille ordonnance au motif de montures cassées)
Sur ces sept cabinets aucun n’a été capable de me donner un rendez-vous. Je ne parle pas de rendez-vous dans 6 ou 7 mois, je parle bien d’absence de rendez-vous. Ces cabinets sont saturés et ne prennent pas de nouveaux patients, quant au nouvel centre hospitalier Alpes Léman, il ne prend pas d’adultes pour les contrôles et donne seulement des créneaux horaires pour les enfants (rendez vous pris le 20 septembre 2014 pour le 15 mars 2015).
Quelles solutions proposées ? Aucune 
Quelles solutions trouvées ? Prise d’un rendez-vous à Paris lors d’un déplacement professionnel au mois d’octobre 2014 et ce seulement 3 semaines à l’avance.

 

La CPAM affirmait être prête à l’arrivée des frontaliers dans le régime général, permettez-moi d’en douter. J’ai pris comme exemple les ophtalmologistes, ce n’est peut-être pas le meilleur car pour un simple contrôle on pourrait imaginer d’autres solutions que le recours au médecin (cela se fait dans plusieurs pays d’Europe) mais la situation est pire pour la gynécologie par exemple.

 

J’ai également testé plusieurs médecins généralistes sur le canton de Reignier qui ne sont pas certains du tout de pouvoir prendre de nouveaux patients comme médecin traitant. Je suis donc curieux de savoir quelles solutions pourra nous apporter la CPAM de Haute-Savoie au moment où de nombreux frontaliers vont basculer vers le régime général.

 

17/07/2014

Candidate du FN condamnée

Une ex-tête de liste FN aux municipales a été condamnée mardi par le tribunal de grande instance de Cayenne, en Guyane, à 9 mois de prison ferme, 5 ans d'inéligibilité et 50 000 € d'amende pour avoir comparé la Garde des Sceaux, Christine Taubira, à un singe dans un photo montage particulièrement odieux.
Cette condamnation très sévère répond à la très grande violence du propos de cette candidate FN. C’est bien là le principe de notre justice coercitive répondre à une violence par la violence. Certains jugent ce principe inefficace. Je m’étonne néanmoins que le FN, d’habitude prompt à appeler des ses vœux des peines exemplaires, s’insurge de celle-ci.
Le parti a également été condamné à 30’000€ d’amende. Cela lui permettra à l’avenir, de réfléchir à la qualité de ses candidats et peut-être d’en éliminer les admirateurs de régimes fasciste et racistes par exemple.
Il faut rappeler que le racisme ne fait pas partie de la liberté d’expression chez nous que c’est n’est pas une opinion mais un délit. Les lois existent, elles doivent être respectées. Cette peine nous semble très sévère, mais l’on estime à 30% les délits racistes poursuivis en France. La peine privative de liberté peut aller jusqu’à 3 ans. La Suisse prévoit d’ailleurs la même peine (art 261bis du code pénal)

19/05/2014

Assez de se justifier !

Je travaille à Genève depuis maintenant 16 ans.  Je ne suis pas originaire d’un département frontalier mais de la région Rhône-Alpes un peu plus loin après Chambéry.
Au départ,  je travaillais pour une Organisation non gouvernementale basée à Genève et j’avais été envoyé au Burundi dans la région des grands lacs. En 1995, notre indemnité se montait à CHF 1'000.- pour gérer de grosses équipes, un hôpital important. Il y avait peu de Suisse qui travaillaient avec nous, l’ONG en question n’avait ni la notoriété, ni les salaires du CICR…
Quelques années plus tard, on m’a demandé de venir à Genève pour développer un service de contrôle de gestion au siège de l’association. J’aurai préféré vivre à Genève, puisqu’à l’époque on trouvait encore des appartements abordables, on m’a expliqué que pour les français, c’était plutôt des permis frontaliers car les rares permis B étaient réservés à des nationalités plus lointaines. J’ai donc commencé ces navettes transfrontalières, scooter, train et voiture plus récemment. 
A l’époque dans cette petite ONG le débat faisait déjà rage, trop de frouzes, trop arrogants, écrasant les Helvètes, mais à l’époque – avant les bilatérales – on devait justifier de nos recrutements et on ne trouvait pas de citoyens suisses prêts à s’engager pour  nos petits salaires d’humanitaires mais déjà on me parlait il y a 15 ans de la mafia allochtone se tenant les pouces pour évincer les genevois. Mais dans le vrai Genève on en parlait pas ou pas trop.

J’ai ensuite travaillé pour une entreprise multinationale où le personnel était multiculturel et très international, puis pour un grand club automobile suisse et enfin pour une régie publique. J’ai toujours été recruté sur des postes ouverts, publics, sur lesquels on ne se bousculait pas pour postuler. Alors c’était peut-être conjoncturel, aujourd’hui, il y a peut-être des genevois au chômage qui pourraient occuper mon poste. Mais à l’époque, il était plus intéressant de travailler dans la banque où l’on gagnait bien plus.
Alors que faut-il faire des frontaliers ?
Faire un contrat de travail précaire pour tous les frontaliers stipulant que le poste occupé peut être à tout moment repris par un résident genevois?
C’est à étudier, pourquoi pas. Frontalier et étranger, je ne vote évidemment pas donc je garderai mes idées politique pour moi ce coup-ci. Par contre je commence à très bien connaître Genève, ses institutions et ses arcanes politiques. En 16 ans de travail ici, j’ai payé beaucoup d’impôts donc les deux tiers sont restés à Genève pour financer des infrastructures dont je ne profite pas. Les seuls retours sont les allocations familiales, je finance le chômage sans en bénéficier.
Alors  au bout de 16 ans, j’en ai assez de justifier régulièrement mon statut de frontaliers. Je travaille, je paie mes impôts sur mon salaire et sur l’argent que ma femme ne gagne pas, je consomme à Genève et quand mon poste était ouvert (il y a 7 ans)  il n’y a pas eu de résidents genevois qui  fassent l’affaire. Pour devancer les railleurs ce sont de bons suisses qui m’ont recruté pas de mafia frouze chez mon employeur !

Alors maintenant si les votants MCG pouvaient juste continuer à voter en leur âme et conscience et nous foutre la paix, j’apprécierai assez !

28/03/2014

« Le conseil d’état tance berne » ou deux adages au service du bon sens fiscal

Dans son article du 26 mars, Jean-François Mabut se fait l’écho de la réaction du conseil d’état genevois à la possible révision de la loi fédérale sur l’imposition à la source : si celle-ci devait être imposée en l’état, le canton ne pourrait plus rectifier l’imposition des frontaliers. Ainsi, le forfait de CHF 65'000.- pour le conjoint qui travaille en France deviendrait définitif.L’impôt des frontaliers serait donc définitif avec deux conséquences :
-Sur imposition des frontaliers dont le conjoint a un petit salaire en France
-Sous imposition des frontaliers qui ont deux bons salaires
(pour le détail du cas, reportez vous à mes notes précédentes ou à l’article de JF Mabut)
La bonne nouvelle est que le conseil a fait connaître sa « ferme opposition » à ce texte qui ne prend pas correctement en compte la situation des couples mariés dont les deux travaillent. A titre personnel, je suis content de voir que le conseil d’état se préoccupe de justice fiscale. En effet ce système qui se voulait plus juste pourrait devenir un système inique où l’on paie des impôts sur ce que l’on ne gagne pas.
1er adage - Il faut taxer les pauvres, ils sont plus nombreux que les riches :
 La confédération inventerait donc un forfait fiscal inversé. Les riches viennent en Suisse et paient l’impôt non pas sur leur revenu mais sur leurs dépenses ce qui est bien inférieur, quant aux travailleurs frontaliers, ils seront imposés sur le revenu qu’ils auraient si leur conjoint travaillait en Suisse.
2ème adage – Trop d’impôt tue l’impôt :
J’ai lu avec intérêt, les nombreux commentaires de la tribune qui disent en gros : « c’est très bien les frontaliers n’ont qu’à payer et le conseil d’état n’est pas là pour les défendre »
Position respectable et que l’on commence à bien connaître. Je leurs réponds que le conseil d’état défend les intérêts genevois car comme le dit l’adage trop d’impôt tue l’impôt et si cette loi devait être adopté de nombreux conjoints arrêteraient de travailler car l’impôt serait trop dissuasif pour les petits salaires et donc perte de recettes fiscales pour les petits salaires mais également pertes pour les gros salaires (voir exemple des deux cadres bancaires qui travaillent à Genève)
On verra bien en 2015 mais espérons pour Genève que la confédération saura accepter les arguments du conseil d’état genevois.



12/02/2014

Représailles, vraiment?

RTS la première - Journal de 6h

Le séisme de la votation UDC est toujours bien présent et ce matin j'entends régulièrement les journalistes parler de représailles de l'Union Européenne à l'encontre de la Suisse notamment en ce qui concerne la suspension des négociations de l'accord sur l'électricité, sur Erasmus ou sur les programmes de recherche.

Préalable important et prévention des commentaires qui ne manqueront pas de se déverser; je respecte totalement le système politique suisse et la décision rendue par le souverain ce 9 février. Mais il paraît difficile de parler de représailles: Les bilatérales sont un paquet de 7 accords techniques qui sont liés les uns les autres. La libre circulation des personnes est le principe fondateur de l'UE, il est donc transposé dans les accrods bilatéraux. Le peuple suisse n'en veut pas, il faut en prendre acte. Cela implique un certain nombre de conséquence dont certaines n'étaient pas mises en évidence avant la votation et que Bruxelles s'empresse de rappeler.

Parler de représailles me semble donc abusif, il s'agit de signaux agité par l'UE, pour rappeler que la libre circulation des personnes concernent également les Suisses vers l'Europe et pas seulement les Européens vers la Suisse.

10/02/2014

Et Maintenant?

Dimanche 9 février 2014 – Site de la tribune – 18h00

On avait bien senti que cela allait être difficile : les premières enquêtes d’opinion donnaient le non avec une avance appréciable tout cela s’était resserré dans les derniers jours pour finalement arriver à un score de quasi-parité en faveur de l’initiative UDC pour près de 20'000 voix.

Si l’on regarde la carte des votes on se rend compte que les cantons les plus internationaux ont voté non, mais que le Tessin a écrasé le résultat avec plus de 68% en faveur du oui. Les difficultés du canton d’outre-Gothard sont bien connues et certaines sections locales avaient milité en faveur du oui, pour que les spécificités locales soient reconnues mais que dire des votes massifs du canton de Schwyz par exemple ou le nombre d’étrangers est limité.

On ne peut que constater les inquiétudes du peuple suisse, le divorce d’avec ses élites qui pour la plupart ont milité en faveur du non. On peut également se demander ce qui va se passer ensuite car personne ne conteste l’intérêt des bilatérales pour la confédération, de plus des négociations complémentaires devaient commencer sur plusieurs objets notamment l’accès au marché financier européen.

Aujourd’hui, les accords bilatéraux sont morts, c’est un fait. L’UE voudra-t-elle négocier désormais ? Cela parait difficile, si lors du refus de l’entrée dans l’UE la question était claire, le peuple avait refusé d’aller plus en avant dans un processus d’adhésion.

Pour la votation du 9 février, la situation est très différente, le peuple revient sur un traité en cours et reprend la signature du conseil fédéral. L’accord doit donc tomber, entrainant un saut dans l’inconnu, une grande incertitude. Le marché n’aime pas l’incertitude, les entreprises non plus. Il va donc falloir être attentif dans les prochains jours aux signaux qui seront lancés.

Les optimistes nous rappellent qu’après le non de 1992 à l’UE, on prédisait pluie de corbeaux, peste et choléra à la Suisse. Cela s’est finalement bien mieux passé qu’annoncé grâce à la voie bilatérale que le souverain suisse vient de clôturer.

J’ai peur qu’il soit difficile d’inventer une troisième voie à brève échéance. Je ne vois pas bien comment tout cela peut fonctionner sans empiler des couches administratives difficilement gérables. Si le but de l’UDC était de faire passer un message c’est un plein succès, tout le monde à bien compris. Charge au parlement et au conseil fédéral de trouver les moyens de la transposition. On a beau dire que c’est leur rôle, cela ne sera pas évident !

29/01/2014

Attention Aux Amalgames

dimanche 26 janvier 2014 - journal de france 3

Le journal de france 3 a présenté un reportage sur la manifestation fourre-tout de ce dimanche, identitaires, catho tradi, quenellistes et au milieu de tout ce monde un focus sur les bonnets rouges frontaliers présents ce jour là à titre individuel.

Autant je trouve intéressante cette forme de contestation spontanée et gérée en dehors des instances qui structurent habituellement les frontaliers autant je trouve dangereux de positionner cette colère dans le champs des mouvements participant à cette manifestation. En effet, des reportages ont cité les frontaliers et la fin du droit d'option, ils ont ainsi positionné cette revendication dans le champ de "jour de colère" qui ne brillait pas par son progressisme.

On peut comprendre le courroux des frontaliers contre les gouvernements successifs de droite et de gauche qui ont enterré le droit d'option, il n'est pas possible d'applaudir à la coagulation avec les jusque boutistes qui ne souhaitent par exemple la destitution du Président de la République.

Cette demande est absurde car la destitution n'est possible qu'en cas de "manquement grave" à l'exercice de ses fonctions (art 68 de la constitution). De plus, faute de loi organique réglant l'application de cet article, son application n'est pas possible pour l'instant.

Les bonnets rouges frontaliers doivent être prudents s'ils ne veulent pas complètement décrédibiliser leur combat.

21/01/2014

Des concessions qui vont dans le bon sens et qui sont à confirmer

Les nouvelles qui nous sont parvenues à la suite de la réunion avec la ministre de la santé et des affaires sociales ne sont pas si mauvaises et quelques avancées vont dans le bon sens même si tout n’est pas résolu.
Je suis par contre effaré face au déchainement d’un certain nombre de frontaliers  sur les réseaux sociaux qui ne veulent rien d’autre que le statu quo : je l’ai écrit depuis longtemps sur ce blog, le statu quo n’est pas possible et les frontaliers se trouvaient dans une situation transitoire dont nous avons profité pendant plus de 10 ans. Il y a deux solutions la Lamal ou la Sécu, nous devrons faire avec.
Libre à vous de déménager en Suisse, en ce qui me concerne l’argument pour un déménagement réside plus dans la disponibilité des transports en commun genevois que dans l’attrait de la lamal, m’enfin c’est un autre sujet.
Il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que la négociation a apporté quelques aménagements : prolongement de la période transitoire à 6%, prolongation des assurances privées jusqu’à la prochaine échéance du contrat, soins en suisse facilités. Pour ce dernier point, il faudra néanmoins préciser les modalités de cette facilitation car les tarifs suisses sont très élevés et j’aimerai savoir sur quelle base se fera le remboursement, tarif suisse avec le taux ss ?
Dans ce cas là les complémentaires devront assurer une bonne prise en charge et le coût en sera probablement très important. Maintenant chacun va devoir se positionner sur sa volonté / possibilité de souscrire une mutuelle, au vue des tarifs proposés il me semble que je vais tenter l’impasse et m’auto-assurer pour les soins complémentaires, pour mon optique et pour mes problèmes dentaires. Cela ne fera que me rapprocher de mes collègues suisses, j’instituerai en quelque sorte une franchise de mon plein gré !
Pour le reste je ne crois pas que nous obtiendrons beaucoup plus de la négociation, mais sait on jamais…
Bientôt la fin du mois de janvier, on se retrouve bientôt pour le choc du nouvel impôt à la source!

 

08/01/2014

Une sacrée Année : Mes égoistes vœux Genevois !

De tout côté on a déjà signalé que pour certain acteurs franco-valdo-genevois 2014 serait une année intéressante alors on va s’autocongratuler tant qu’on le peut encore car plus dure sera la chute :

Bonne Année à tous les frontaliers malgré la CMU et la Hausse de l’impôt à la source !
Bonne Année à Mauro Poggia  qui devra trouver 25 à 30 MCHF pour combler la baisse de fréquentation des HUG!
Bonne Année aux électeurs du MCG qui vont voir le conseiller d’état  qu’ils ont élu se mouler dans la collégialité gouvernementale !
Bonne Année à tous nous élus locaux UMP qui après avoir soutenu la fin du droit d’option vont devoir continuer à expliquer qu’ils étaient pour!
Bonne Année à l’initiative UDC contre l’immigration de masse que le peuple suisse dans sa clairvoyance va rejeter en masse le 9 février!
Bonne Année aux membres du collectif bonnet rouge frontalier qui pensent que bloquer les frontières et les péages est une bonne façon de se faire entendre!
Bonne Année aux assureurs privés qui n’avaient pas pris le tournant de la diversification avant la fin du droit d’option ! Mais bonne Année aussi à Vigny-Depierre !
Bonne Année à tous les artisans qui avaient l’habitude de placer des devis exorbitants aux frontaliers imbus de leur pouvoir d’achat !
Bonne Année aux Genevois qui avaient délocalisé leur résidence principale sur France et qui ne pourront plus se soigner dans leur propre pays !
Bonne Année au marché immobilier qui reprendra contact avec la réalité prochainement !
Bonne Année aux vendeurs de bien immobilier et pour 2015 aussi !
Bonne Année au groupement transfrontalier, en espérant que les adhérents continuent à vous soutenir malgré les modifications de leurs statuts !
Bonne Année en général aux régions frontalières malgré la baisse de pouvoir d’achat d’une partie de leurs habitants !
Bonne Année aux communes et département frontaliers qui continuent à bénéficier d’un statut particulier qui leur permet de toucher directement une partie de l’impôt sur le revenu de leurs riverains !

Enfin un souhait plus sincère que les précédents : Bonne Année à tous les candidats aux élections municipales en 2014, la dotation genevoise va progresser puissiez vous en faire bonne usage et beaucoup de courage pour cet engagement important dans les communes et intercommunalités

 

08/12/2013

Coupe du monde 2014: Tout le monde est content ou bien ?

 

RTS 1, La première, France Inter,  L’équipe et Canal – 6 décembre 2013 – de 18h00 à 20h00

Le sujet du soir le tirage au sort des groupes de la coupe du monde 2014. Deux pays semblent ravis ils ont tiré un groupe facile vont finir premier et se qualifier contre le deuxième du groupe qui leurs sera opposé. Youpi !
Le seul hic, ces deux pays sont dans le même groupe il s’agit de la Suisse et la France. Deux belles arrogances qui se retrouvent sur les médias nationaux. La France parce que c’est son naturel et que la Suisse est un petit pays. La Suisse parce qu’elle maintenant 8ème au classement FIFA, que cela n’était jamais arrivé, elle se sent donc le droit d’être arrogante.

Maintenant en essayant de se détacher des chauvinismes nationaux et bien que le foot ne soit pas mon sport préféré, on peut reconnaître que ce tirage est bon pour les deux équipes. Honduras et Equateur ne sont pas les noms les plus renommés d’Amérique du Sud. Quant à la Suisse et la France elles se connaissent  et se séparent sur des matches nuls depuis 2005. La dernière victoire Française c’était à l’Euro 2004 : 3-1 et la dernière victoire Suisse c’était en 1992 à Lausanne 2-1.

Alors on se retrouve le 15 juin. Même si personnellement je n’aime pas trop ces matches Suisse-France. Si la France gagne, il est difficile de manifester sa joie sous peine de passer pour un Frouze arrogant et Si la Suisse gagne les collègues ne se gênent pas pour exulter. Alors je vote pour un nouveau match nul

06/12/2013

Encore des commentaires!

 

5h45 – Domicile – lecture des commentaires du blog

 

Voilà une journée qui commence bien 4 ou 5 commentaires racistes de plus. Certains dans leur délire développent pourtant quelques commentaires qui sont réels : manque d’intérêt des frontaliers à la Suisse, seulement intéressés par l’argent, 0 consommation à Genève…

Chers Genevois,  vos commentaires sont pour la grande majorité très excessif, mais j’entends publier un blog sur le site de la Tribune implique naturellement ce type de réaction.

J’aimerai néanmoins souligner l’excellent accueil qui m’a été fait à Genève depuis de nombreuses années par la majeure partie des Genevois, les discussions intéressantes que nous avons sur de nombreux sujets. Le qualificatif de frouze n’était jamais bien loin mais il y avait un certain attachement, une complicité récurrente.
Vous aviez raison de souligner le caractère arrogant que peuvent avoir certains français qui débarquent en terrain conquis et qui croient que Genève et Paris c’est la même chose. Même si cela peut se révéler paradoxal pour ceux que l’on surnomme affectueusement les gueules élastiques.
Néanmoins en cette année 2013, le ras le bol entretenu notamment par le MCG se transforme pour certains en obsession haineuse. Alors qu’au fond de vous savez bien que le chômage genevois n’est pas dû seulement aux frontaliers et que la préférence cantonale est déjà active dans de nombreux domaines
Rappelez-vous aussi que les mouvements de population sont conjoncturels et il n’y a pas si longtemps des Ruraux Valaisans ou Fribourgeois quittaient le sol suisse qui n’arrivait pas à les nourrir pour rejoindre les pays voisins.
Rappelez-vous également que 15 à 20 ans en arrière quand on demandait un permis B pour s’établir à Genève, on vous disait que pour les français qui travaillent à Genève c’était un permis frontalier. La résidence était réservée aux français à forfaits fiscaux.

 

La Suisse est un pays magnifiques que j’ai sillonné en tout sens pour mon travail. Beckenried et le Lac des quatre Cantons, La Nufenen, Klausen Pass entre Glaris et Uri, Il y a des dizaines de lieu qui m’ont séduit mais c’est aussi un drôle de pays pour des citoyens d’états nations : les Romands n’aiment pas trop les Suisses allemands qui leurs rendent bien, les Genevois qui se moquent aussi des vaudois et n’aiment pas les Français sont unanimement reconnus comme des emmerdeurs et l’Allemagne n’est pas en odeur de sainteté à Zuerich.
Cela me fait penser à l’Union Européenne que tous adorent malgré ces saletés de Rosbeefs et ces feignants d’italos-hispanos-portugais.
Pourtant m’informant exclusivement par les médias romands, j’ai l’impression de suivre en direct l’actualité Française.
Le rapport amour / haine entre ces deux pays est très impressionnant.

 

28/11/2013

P+R et Réseaux secondaires

RTS La Première - Journal de 7h - Eric Stauffer sur les P+R

Le tribun MCG affirme qu'il attend de Luc Berthassat nouveau conseiller d'état au transport qu'il applique son bon sens paysan en ne permettant pas que l'impôt des genevois finance les infrastructures en France et que le réseau secondaire soit fermé aux heures de pointe comme ça les fronaliers seront obligés de construire des P+R à leur frais et à les utiliser.

J'écoute cela dans les bouchons au milieu des plaques 74 et GE: 1h30 de bouchon ce matin, heureusement grâce à ma tablette je peux rédiger ce billet. C'est aujourd'hui que l'AFC doit annoncer les nouveaux barèmes d'imposition qui  augmentera nos contributions frontalières. Je rappelle à Eric Stauffer que sur les 800 millons d'impôts payés par les frontaliers environ 600 millions restent à Genève. On peut en faire des P+R avec ça. Quant à la fermeture du réseau secondaire j'espère que les communes françaises n'auront pas la même idées pour les suisses qui viennent faire leurs courses en France.
Barrage filtrant en fonction des plaques? 
Ca ne va pas améliorer l'ambiance régionale. 

13/11/2013

Que retenir du scrutin du 10 Novembre ?

 

Pleins de choses cette élection a été très riche en évènements. Le premier point à mettre en avant est que Genève sera gouverné par des « Rookies » encadrés par deux magistrats sortants dont un seul a siégé durant l’ensemble du mandat.  Une seule femme au gouvernement qui perd ses deux sortantes. Sans avoir déméritées, elles avaient hérité de Dicastères difficiles dont la mobilité pour Mme Künzler et la sécurité pour Mme Rochat, déplacée à la solidarité et à l’emploi à l’entrée de Pierre Maudet au gouvernement.

Politiquement, l’entente s’en tire plutôt bien par le nombre d’élu même si les scores furent en deçà de ce qui était attendu. Messieurs Maudet et Longchamp font course en tête largement devant le PDC, mais deux conseillers d’état pour un parti dont l’audience électorale ne cesse de décroître c’est inespéré. Cela remet même un peu en cause la théorie d’un système électoral suisse juste qui représente convenablement la répartition des suffrages. 
Je le dis d’autant plus facilement que le PDC est plutôt proche de ma famille de pensée. Que dire de la représentation du parti libéral qui, dissout au sein du PLR n’a plus de conseiller d’état. L’aile libérale du PLR n’a pas fini de fulminer.
Quant à la gauche, elle surnage après un premier tour catastrophique en passant deux élus. Je pensais qu’il était possible de placer trois élus. Il s’en est fallu de peu. Thierry Apotheloz échoue pour 1'200 voix. On peut se demander si son « coming-out » a eu un impact, j’ai tendance à le croire.
Une présence sur la liste d’un membre d’ensemble à gauche aurait peut-être suffi à récupérer ces voix. Mais n’entrons pas dans la politique fiction et penchons-nous sur l’élection d’un MCG au conseil d’état.   Voilà un parti qui est le deuxième de Genève et qui obtient un conseiller d’état, c’est bien la moindre des choses, si seulement cela pouvait être la même chose de l’autre côté de la frontière nous aurions peut-être vu les mouvements nationalistes ramenés  à leur juste représentation. C’est à mon avis une bonne chose que le MCG ait un conseiller d’état. Il faudra dorénavant passer du camps des yaka à la mise en place de solution. Et La principale solution du MCG c’est la préférence cantonale, M. Poggia sait bien que cette préférence est déjà souvent mise en place par les employeurs avec la bénédiction des institutions. On rapporte régulièrement des cas où le recrutement se fait de façon privilégiée pour des genevois. Aller plus loin sera impossible car poserait de gros problèmes au sein de la confédération,  si la préférence nationale est un problème dans le cadre des bilatérales, la préférence cantonale est un problème avec les autres cantons : vaudois et valaisans notamment sont nombreux à travailler au bout du Lac. Alors le MCG devra trouver de nouvelles idées et minorisé au sein d’un gouvernement à majorité bourgeoise, concilier le respect de la collégialité et le respect des engagements du parti sera un enjeu de taille pour le conseiller d’état MCG qui devra également s’affranchir de la férule d’Eric Stauffer plus que jamais « aiguillon de la république ». Un mandat passionnant attend les observateurs politiques

06/11/2013

L’Alternative crédible ?

L’UDI et le Modem se sont fiancés dans une coopérative Européenne et progressiste baptisé L’Alternative. La Vème République et son mode de scrutin majoritaire ne sont pas tendres avec les centristes. Sans espace politique propre et faute d’élus, ils n’arrivent pas à s’imposer comme mouvement indépendant. Il faut comprendre la position d’élus professionnels contraints d’être renouvelés afin de conserver leur moyen de subsistance et leur influence.
François Bayrou pourtant constant dans son positionnement de centriste indépendant n’a plus le choix. Il ne peut pas continuer en franc-tireur sous peine de voir le Modem rayé de la carte politique aux municipales. François Hollande a choisi de gouverner sans l’apport des centristes tout en évoluant sur des positions proches de leur positionnement. Cela décale d’autant le Modem vers le centre droit.
De plus, le Président de la République et le Gouvernement n’ont pas jugé nécessaire de réformer le mode de scrutin afin de favoriser une vraie représentation du corps électoral. Ils ne semblent pas géner par le fait que près de 40% des français ne soient pas représentés à l'Assemblée Nationale.
La seule solution était donc de ressusciter l’UDF ce qui a été fait hier. Il ne reste plus qu’à proposer à VGE la présidence d’honneur pour un grand retour vers le passé!

Je regrette ce choix électoralement pragmatique mais qui ne permettra pas de faire vivre les idées du centre. L’UDI c’est la droite modéré mais c’est la droite[i].
Nous avons pendant des années souffert de ce positionnement au sein de l’UDF et il n’y a pas de raisons que cela change dans cette nouvelle plateforme. Cacophonie et dissonance sont au menu des mois qui viennent.
Alors il y a les municipales et particulièrement à Paris les deux partis avaient l’obligation de se réunir pour espérer pouvoir se maintenir et/ou négocier un soutien au deuxième tour. Mais rien n’est fait, la création de l’Alternative ne règle pas la question des alliances: impossible à gauche, elles seront difficile à droite car l’UMP adore l’hégémonie sur la droite parlementaire. Elle est de plus pour une bonne partie naturellement attirée par le Front National. La seule issue est une recomposition à la Genevoise avec 3 blocs : un de gauche, un bloc bourgeois (Modem, UDI, UMP modérés) et un bloc populo-nationaliste (FN, UMP et souverainistes).
Cela ne parait pas encore d’actualité, alors les prochaines élections seront de toutes façons difficiles pour cette Alternative en dehors peut-être des européennes de 2014 où un score en vue des 10% n’est pas impossible.

En ce qui me concerne après 25 ans de militantisme, je ne reprendrai pas ma carte dans cette organisation, je suis déjà trop vieux pour refonder le mouvement de mes 20 ans et le soutien sans faille des membres de l’UDI au gouvernement de François Fillon durant le mandat de Nicolas Sarkozy me rend la cohabitation impossible. Je ne suis même pas sûr que mon vote soit acquis à l’Alternative, il faudra voir en fonction des candidats. Mais je pense que lors des prochaines consultations le vote blanc sera mon refuge


[i] Voir ma note http://lechodesalpes.blog.tdg.ch/archive/2012/10/23/que-penser-de-l-union-des-democrates-et-independants-udi.html

21/10/2013

Il faudrait peut-être réagir!

L’article «  plus de 1000 frontaliers manifestent à Annemasse » avait tôt ce lundi matin une petite centaine de commentaires et j’ai été choqué de leur niveau.  En gros on peut résumer cela par Frontaliers dehors, Si vous n’êtes pas content restez chez vous ! et  tout les commentateurs ne sont pas aussi polis.
Ces idées, on les connaît, elles sont désormais au cœur de la vie politique genevoise et ne choquent plus personne, en tout cas pas le personnel politique Genevois. Je suis néanmoins surpris que ce genre de commentaires de nature discriminatoire soit validé par le modérateur du site de la tribune. Quel est l’intérêt de passer ces commentaires ? On ne peut pas dire que cela contribue au débat, le débat c’est échanger des arguments et là on parle plutôt d’invectives. Et c’est justement  l’avantage d’un forum modéré que de pouvoir maîtriser ce genre d’arguments.
Alors je ne comprends pas !
En tout cas, on a noté la présence à ces manifs de frontaliers du PDC Genevois et de M. Berthassat, nonobstant le sujet de la manif, je trouve bien que des politiques genevois s’investissent dans ces problématiques et d’autant plus que des genevois établit en France voisine peuvent être concerné par ce problème. On note également la présence des députés UMP pourtant c’est leur parti qui a dans un premier temps refuser de prolonger le droit d’option alors ne transformons pas  cette question en lutte contre le gouvernement actuel car les précédents ont bien aidé à aller dans cette direction.  J’espère enfin que nous aurons le soutien de tout ce joli monde concernant l’augmentation de l’impôt à la source, dont nous connaîtrons les barèmes mi-décembre 2013 pour une application en janvier 2014.
Drôle de délais pour s’adapter à une augmentation attendue comme forte de la pression fiscale sur les frontaliers. Les frontaliers seront imposés sur un salaire fictif et forfaitaire,  j’aimerai bien voir si une action de ce type sur la population suisse passerait aussi inaperçue.
Discrimination avez-vous dit ?

16/10/2013

Le gentil et le méchant

 

N’en déplaise à certains bien que non-résident je suis un passionné de politique et m’intéresse de près à la vie de la cité Genevoise. Y payant mes impôts cela me paraît normal de me renseigner sur leur affectation.
Cette fin de semaine a été marquée par le numéro Stauffer – Poggia. Je le trouve très bon et je dois reconnaître une très grande habileté politique à ces deux leaders du MCG. 
Mauro Poggia venu des partis traditionnels a montré un visage rassurant, policé. Expliquant bien que le mouvement qu’il représente n’est pas contre les frontaliers mais pour les résidents. Ce qui ne change rien à son credo sur l’emploi.
Les actions qui viendront contre les frontaliers ne sont en quelque sorte que des dégâts collatéraux à venir pour lesquels on présente ses excuses à l’avance: ce n’est pas contre vous c’est pour nous. Quand le fermier tue le renard ce n’est pas contre le renard c’est pour protéger ses poules. Le renard ce vilain et profiteur goupil est content de le savoir.
Mauro Poggia va jusqu’à défendre les frontaliers historiques et régionaux contre les euro-frontaliers issus des bilatérales et qui viennent de l’autre bout de l’Europe. Le MCG joue les savoyards contre les bretons.
Quant à ceux qui avaient cru discerné des divergences ou des rivalités un texte publié sur le blog d’Eric Stauffer leurs rappelle que les leaders du MCG défendent les mêmes positions sur l’emploi, une ligne dure sur la question des frontaliers. Ce texte reconnaît tout juste que les deux hommes « ont certainement une manière de communiquer sur le sujet différente »
C’est possible néanmoins ils souscrivent tous deux aux slogans orduriers qui fleurent bon les années 30 et qui ornent une bonne partie du matériel officiel du MCG. Ainsi je ne doute pas une seconde qu’ ils défendent les valeurs du MCG. Voter pour M. Poggia ou pour M. Stauffer c’est voter pour le même mouvement, les mêmes idées. Il n’y a pas un dur et un modéré, il y a deux responsables politiques qui défendent les mêmes idées et qui défendront les mêmes politiques au conseil d’état. M. Poggia  a débuté son offensive pour se poser en homme politique responsable, plus apte à gouverner que le tribun sanguin et pétri de talent qu’est M. Stauffer.
La chasse au 5ème poste de l’alliance est ouverte, et de nombreux électeurs genevois sensibles au problématiques de l’emploi pourraient se laisser convaincre que M. Poggia est plus modéré que son mouvement. C’est à mon avis une erreur

N’oublions pas que lors d’interrogatoire les flics qui adoptent le jeu de rôle du gentil et du méchant reste avant tout des flics. Le gentil et le méchant du MCG reste eux focalisés sur le simplisme de leur corpus idéologique et reste avant tout MCG

 

 

 

15/10/2013

2014: L'année des frontaliers

 

On définit habituellement 7 étapes dans le deuil. Ce deuil n’est pas lié à la perte d’un être cher, il peut concerner une déception sentimentale ou professionnelle. Les étapes en sont les suivantes :

 

1.     Le choc : « Les frontaliers devront s’acquitter d’un cotisation à la sécurité sociale dès 2014 »

 

2.     Le déni : « C’est pas dieu possible,  je veux aller à la LAMAL »

 

3.     La colère et le marchandage : « Les salauds, on bosse comme des fous et de quoi ils se mêlent et bien on va bloquer les  frontières le 11 octobre et manifester le 20 octobre »

 

4.     La tristesse : «  Pourquoi moi et comment je vais faire pour m’acheter mon Audi RS4 et changer la Mini Cooper qui a déjà 25'000 KM » 

 

5.     La résignation : « bon ben c’est comme  ça du coup je vais être obligé de rouler en  Renault ou peut-être même en Peugeot bon tant que je peux éviter Dacia,  je vais survivre »

 

6.     L’acceptation: « bon des fois je pense au temps où je payais 100€ d’assurance maladie mais ça commence à passer, la sécu c’est pas si mal finalement »

 

7.     La reconstruction : « ça y est je vais mieux, j’arrive à aller boire un verre avec des amis, bon c’est mieux, s’ils sont dans la même situation que moi mais j’arrive à appeler mes copains suisses au téléphone, ça va aller »

 

Suite au passage prévu à la CMU, j’en étais a peu près à l’étape 4 voir au tout début de l’étape 5 quand j’ai reçu un courriel dans ma boite professionnelle en cette fin d’après midi du 9 octobre : « impôt à la source : info pour 2014 »

 

Tiens de nouveaux barèmes, qu’est-ce donc ? 

new barème.gif

barème c.gif

 


et ben voilà j’ai trouvé le mien, je vais donc être imposé sur l’activité lucrative de mon épouse, oui mais elle travaille dans le social et à temps partiel donc cela ne va pas être trop cher,  si ?

 

Réponse : en 2014 les barèmes vont changer mais nous n'avons pas plus de précisions à ce jour.


Cette réponse ne me satisfaisant pas, je suis parti à la chasse sur internet dès mon retour à la maison et j’ai trouvé des infos conditionnelles qui affirment que l’administration fiscale prendrait un salaire forfaitaire de CHF 65'000.- par année qui viendrait s’additionner au mien et que je serai imposé là-dessus.


ETAPE 1 / ETAPE 2 / ETAPE 3

 

Mais mon conjoint gagne 800€ par mois net, c’est pas dieu possible

 

AU SECOURS ! non mais faut faire quelque chose, bloquons les frontières comme ça on pourra plus sortir.

 

Non mais internet c’est pas sérieux, je vais demander au groupement :

 

« Bonjour, Notre responsable juridique n'étant pas disponible ce jour pour nous transmettre le compte-rendu de la réunion avec l’AFC, nous vous donnerons les informations que nous aurons à ce sujet demain. Bien cordialement »

 

Alors s’il vous plait Mme/M. La responsable juridique du GTE revenez vite !

 

Compte-rendu de la réunion entre l'AFC et le GTE sur le site du Groupement

http://www.frontalier.org/emploi-suisse/1116721/baremes-d...