07/06/2012

Les Limites du Fédéralisme selon le groupement transfrontalier

ch-suisse.gifDans sa dernière Newsletter le groupement transfrontalier livre un article sur les limites du fédéralisme qui me parait intéressant.
En donnant l'exemple d'un citoyen Jurassien habitant à proximité de la frontière cantonale jurasso- bâloise. Ce jeune citoyen qui souhaite passer son permis de conduire, est tenu de se soumettre à l'examen dans son canton de résidence (sauf dérogation).
Et l'auteur de gloser sur les frontières cantonales: "C’est un peu comme si nous parlions de la frontière entre le département de la Haute-Savoie et la Savoie, ou entre la Doubs et le Jura"
Bien que membre de ce groupement je trouve surprenant cette façon de penser, encore un peu d'arrogance si je ne m'abuse.
Cela parait peut-être ridicule mais les cantons suisses ne sont pas des départements et la suisse est une confédération composée de cantons confédérés qui ont leur propre constitution.
N'en déplaise à l'auteur de l'article mais le système confédéral est basé sur un système d'union volontaire de peuples différents, il est donc logique que certaines difficultés administratives existent.
Tout ramener à nos départements me parait une fois de plus témoigner du plus vil complexe de supériorité que l'on nous reproche si souvent.
D'autant que si vous essayez de changer de caisse d'allocations familiales entre la Haute-Savoie et n'importe quel autre département vous comprendrez votre malheur. Pourtant nous parlons tous la même langue dans notre belle république jacobine!

Commentaires

Bravo et merci pour ce petit papier. C'est effectivement en cessant de prendre les gens de l'autre-côté de la frontière pour des demeurés ou des bêtes curieuses et leurs us et coutumes pour des aberrations que l'on parviendra à se comprendre et à avancer. D'autant que la paille et la poutre, souvent... C'est bien évidemment valable dans les deux sens.
Le problème, c'est que ceux qui parlent mal de leurs voisins le font trop souvent à très haute voix et sans le moindre sans-gêne. Ce qui pollue le débat.

Écrit par : Philippe Souaille | 07/06/2012

Monsieur Souaille il faut quand meme pouvoir se dire certaines choses entre frères et cousin. Ranges tes chaussettes comme le dit Antoine.

Nous sommes d'accord sur Duby Muller. Elle est abominablement sèche sur tous les sujets techniques. Elle est incroyablement supplée par son suppléant qui indéniablement possède le minimum d'expérience. Quand à Deffaugt, il est beaucoup trop loin et trop haut pour comprendre les préoccupations des électeurs. Idem pour ce qui concerne ses employés. Un député est là pour défendre les besoins de sa circonscription, pas pour défendre sa branche économique. Meme s'il connait les acteurs économiques et politiques des deux cotés de la frontière, j'ai de sérieux doute concernant son aptitude politique. Vitam parc ne peut pas constituer une preuve sérieuse de son engagement. Une famille de la circonscription qui veut aller à la piscine doit payer plus de 50 euro pour se baigner. Ceci illustre bien la contribution sociale de ce monsieur.

Écrit par : Eric Merrullaz | 07/06/2012

Excellente mise au point, claire et aimable dans son ton.

Écrit par : Mère-Grand | 08/06/2012

Les commentaires sont fermés.