06/11/2013

L’Alternative crédible ?

L’UDI et le Modem se sont fiancés dans une coopérative Européenne et progressiste baptisé L’Alternative. La Vème République et son mode de scrutin majoritaire ne sont pas tendres avec les centristes. Sans espace politique propre et faute d’élus, ils n’arrivent pas à s’imposer comme mouvement indépendant. Il faut comprendre la position d’élus professionnels contraints d’être renouvelés afin de conserver leur moyen de subsistance et leur influence.
François Bayrou pourtant constant dans son positionnement de centriste indépendant n’a plus le choix. Il ne peut pas continuer en franc-tireur sous peine de voir le Modem rayé de la carte politique aux municipales. François Hollande a choisi de gouverner sans l’apport des centristes tout en évoluant sur des positions proches de leur positionnement. Cela décale d’autant le Modem vers le centre droit.
De plus, le Président de la République et le Gouvernement n’ont pas jugé nécessaire de réformer le mode de scrutin afin de favoriser une vraie représentation du corps électoral. Ils ne semblent pas géner par le fait que près de 40% des français ne soient pas représentés à l'Assemblée Nationale.
La seule solution était donc de ressusciter l’UDF ce qui a été fait hier. Il ne reste plus qu’à proposer à VGE la présidence d’honneur pour un grand retour vers le passé!

Je regrette ce choix électoralement pragmatique mais qui ne permettra pas de faire vivre les idées du centre. L’UDI c’est la droite modéré mais c’est la droite[i].
Nous avons pendant des années souffert de ce positionnement au sein de l’UDF et il n’y a pas de raisons que cela change dans cette nouvelle plateforme. Cacophonie et dissonance sont au menu des mois qui viennent.
Alors il y a les municipales et particulièrement à Paris les deux partis avaient l’obligation de se réunir pour espérer pouvoir se maintenir et/ou négocier un soutien au deuxième tour. Mais rien n’est fait, la création de l’Alternative ne règle pas la question des alliances: impossible à gauche, elles seront difficile à droite car l’UMP adore l’hégémonie sur la droite parlementaire. Elle est de plus pour une bonne partie naturellement attirée par le Front National. La seule issue est une recomposition à la Genevoise avec 3 blocs : un de gauche, un bloc bourgeois (Modem, UDI, UMP modérés) et un bloc populo-nationaliste (FN, UMP et souverainistes).
Cela ne parait pas encore d’actualité, alors les prochaines élections seront de toutes façons difficiles pour cette Alternative en dehors peut-être des européennes de 2014 où un score en vue des 10% n’est pas impossible.

En ce qui me concerne après 25 ans de militantisme, je ne reprendrai pas ma carte dans cette organisation, je suis déjà trop vieux pour refonder le mouvement de mes 20 ans et le soutien sans faille des membres de l’UDI au gouvernement de François Fillon durant le mandat de Nicolas Sarkozy me rend la cohabitation impossible. Je ne suis même pas sûr que mon vote soit acquis à l’Alternative, il faudra voir en fonction des candidats. Mais je pense que lors des prochaines consultations le vote blanc sera mon refuge


[i] Voir ma note http://lechodesalpes.blog.tdg.ch/archive/2012/10/23/que-penser-de-l-union-des-democrates-et-independants-udi.html

Les commentaires sont fermés.