12/02/2014

Représailles, vraiment?

RTS la première - Journal de 6h

Le séisme de la votation UDC est toujours bien présent et ce matin j'entends régulièrement les journalistes parler de représailles de l'Union Européenne à l'encontre de la Suisse notamment en ce qui concerne la suspension des négociations de l'accord sur l'électricité, sur Erasmus ou sur les programmes de recherche.

Préalable important et prévention des commentaires qui ne manqueront pas de se déverser; je respecte totalement le système politique suisse et la décision rendue par le souverain ce 9 février. Mais il paraît difficile de parler de représailles: Les bilatérales sont un paquet de 7 accords techniques qui sont liés les uns les autres. La libre circulation des personnes est le principe fondateur de l'UE, il est donc transposé dans les accrods bilatéraux. Le peuple suisse n'en veut pas, il faut en prendre acte. Cela implique un certain nombre de conséquence dont certaines n'étaient pas mises en évidence avant la votation et que Bruxelles s'empresse de rappeler.

Parler de représailles me semble donc abusif, il s'agit de signaux agité par l'UE, pour rappeler que la libre circulation des personnes concernent également les Suisses vers l'Europe et pas seulement les Européens vers la Suisse.

Commentaires

Ni menaces ni représailles mais le simple rappel de la "clause de dédit" figurant dans un contrat librement signé par deux parties. Dans ce cas de figure, le contrat se nomme "Accords bilatéraux".
Puisque l'un des contractants souhaiterait aujourd'hui modifier ce contrat, le rappel (pour la énième fois !) de cette clause n'est pas inutile.

Cordialement.

Écrit par : J.-C. Heritier | 12/02/2014

Les commentaires sont fermés.