11/06/2012

L'utopie d'un centre indépendant

centre logo.jpegLes essais d’autonomisation du centre ont été multiples. Jean Lecanuet et François Bayrou en sont les deux exemples les plus emblématiques. La position de Bayrou très courageuse et en pleine conformité avec les valeurs qui sont celles du mouvement démocrate chrétien a produit les effets que l’on craignait.
Nouvelle ligne de fracture au sein du Modem entre ceux qui voteraient Hollande et ceux qui ferait un autre choix. On a pas très compris lequel d’ailleurs, j’ai seulement entendu Jean Lassalle dire qu’il n’avait pas voté Hollande et n’avait pas non plus voté blanc.
Globalement, on peut dire que le Modem est rayé de la carte politique. Le score des candidats Centre pour la France sont mauvais à très mauvais. En recul partout par rapport à 2007, le Modem pourrait même ne plus avoir aucun député. L’utopie d’un centre indépendant dans notre Vème république majoritaire ne fonctionne pas. On en a maintenant la preuve.
Le soupçon de proportionnel proposé par François Hollande ne viendra rien changer, ce n’est pas une répartition de 100 à 150 députés qui permettra à nos idées de peser sur la vie politique française. Cette répartition ne fera que compliquer le mode de scrutin pour une représentation symbolique de notre mouvement. On peut se demander à quoi cela sert.
Militant depuis 25 ans dans les partis centristes, j’ai beaucoup souffert de ce rattachement systématique de nos idées à la droite parlementaire. Il ne s’agit pas aujourd’hui de s’ancrer à un autre camp. La position de vigilance critique à l’égard du président de la république me parait toujours la bonne pratique : plus attentif qu’un député de la majorité sans tomber dans l’opposition systématique. Maintenant il est tellement plus simple de présenter aux français une opposition de deux camps, vive le manichéisme. Pourtant l’exemple allemand que nos politiques citent abondamment sans vraiment le connaître devrait les inspirer : la coalition politique, comme la cogestion économique sont des exemples de l’ineptie de la bipolarisation.
Le centre va connaître une éclipse de plus, jusqu’à une prochaine présidentielle où le candidat centriste sera à nouveau aux alentours de 10 à 15% et où le mode de scrutin ne permettra pas à notre courant de penser d’être représenté au niveau national. Je le regrette sincèrement mais je commence à penser que nous n’arriverons pas à faire changer cela. Quel comportement politique en tirer, je ne sais pas encore mais en tout cas ni droite ni gauche !